Que les accusations portent sur les conditions de travail indignes, les violations de droits humains, les atteintes à l’environnement, la désinformation ciblée, la corruption ou encore la fraude fiscale agressive, nous examinons toutes les propositions avant de les faire expertiser par l’Institut pour l’éthique économique (IWE) de l’Université de St-Gall et de les soumettre à un jury professionnel. Ce dernier sélectionne les cas les plus pertinents et les plus représentatifs. Une «short list» est présentée sur le site internet du Public Eye en fin d’année pour que les internautes puissent faire leur choix. Le jury désigne aussi le lauréat du prix du jury.

Des propositions de nomination peuvent être faites tout au long de l’année. Les propositions faites jusqu’à fin août sont examinées pour le Public Eye qui a lieu au début de l’année suivante.