Walmart

Le plus grand détaillant au monde refuse systématiquement de prendre ses responsabilités par rapport à sa chaîne d’approvisionnement et sape les mesures de réforme concrètes au sein de l’industrie textile.

« La direction de l’usine nous disait constamment : ce contrat est pour Walmart, nous devons vraiment bien travailler.»
Aklima, travailleuse au Rana Plaza, le bâtiment qui s’est effondré le 24 avril 2013 au Bangladesh

1
1

Le cas

En 2005, Walmart a reçu le Prix du jury («Public Eye Jury Award») dans la catégorie «droits du travail» pour son mépris des droits humains et des droits du travail sur sa chaîne d’approvisionnement, dans des pays comme le Lesotho, le Kenya ou la Thaïlande. Les nombreux problèmes chez les fournisseurs du plus grand détaillant au monde ont été mis en lumière: heures supplémentaires obligatoires excessives, salaires en dessous du niveau de subsistance, manque de sécurité des bâtiments, pression exercée sur les syndicats, violences physiques et harcèlement sexuel par des supérieurs.

Organisation dénonciatrice

Ce qui s’est passé depuis

Les cas de violations des droits humains et des droits du travail sur la chaîne d’approvisionnement de Walmart n’ont pas seulement lieu au Kenya ou en Thaïlande. Ils sont largement répandus dans d’autres pays et concernent tous les secteurs industriels, y compris la production textile. Walmart faisait produire des vêtements au Rana Plaza, ce bâtiment tristement célèbre depuis son effondrement, le 24 avril 2013, qui a coûté la vie à 1138 personnes. Cette tragédie est la plus grande catastrophe dans l’histoire de l’industrie textile. L’entreprise américaine avait négligé de se pencher sérieusement sur la question de la sécurité du bâtiment et depuis, elle refuse catégoriquement de signer l’accord juridiquement contraignant sur la sécurité incendies et bâtiments au Bangladesh. Walmart s’évertue par ailleurs à faire la promotion d’un pseudo-accord contrôlé uniquement par les entreprises impliquées, et qui n’offre aucune garantie aux travailleurs et travailleuses. Même les droits des employés directs de Walmart sont piétinés. Aux Etats-Unis, la firme a procédé à de nombreux licenciements abusifs, et une plainte a été déposée car les salaires versés au personnel intérimaire étaient systématiquement trop bas. La somme totale due par Walmart s’élèverait à 21 millions de dollars.

"Si tout le monde fait pression sur les marques, peut-être que Walmart et les autres entreprises paieront enfin des dédommagements justes."

− Aklima, travailleuse au Rana Plaza, le bâtiment qui s’est effondré le 24 avril 2013 au Bangladesh

""

Pourquoi attribuer un « Lifetime Award » à Walmart ?

Walmart refuse systématiquement de prendre ses responsabilités, que ce soit en faveur de ses employés aux Etats-Unis ou des personnes qui travaillent pour ses fournisseurs au Bangladesh ou dans d’autres pays. Pire encore, la firme sape les mesures de réforme concrètes au sein de l’industrie textile. Devant le tribunal, un représentant de Walmart a soutenu fermement que l’entreprise ne peut être tenue pour responsable si ses fournisseurs ne respectent pas les standards publiés à leur intention. Selon Walmart, la simple existence de ces standards ne signifie pas que le détaillant a le devoir de s’assurer de leur mise en œuvre. La société se soustrait encore et toujours à ses responsabilités et préfère investir dans les relations publiques, plutôt que dans des mesures visant le respect des droits du travail.

Avec sa politique de prix bas et ses salaires dérisoires, Walmart méprise totalement les personnes qui ont considérablement contribué à son succès. Le contraste entre la situation de ces personnes et les bénéfices gigantesques réalisés par le détaillant américain est tout simplement scandaleux.

Faits & chiffres

  • Nom: Walmart Stores, Inc.
  • Siège: Bentonville, Etats-Unis
  • Secteur: Commerce de détail
  • Chiffre d’affaires en 2013:
    469 milliards de dollars (US)
  • Bénéfice net en 2013:
    16 milliards de dollars (US)
  • Nombre d’employés: 2,2 millions
  • CEO: Doug McMillon